Jantes SpinForged de Yamaha Motor : Innovation From the Factory Floor

Jantes SpinForged de Yamaha Motor : Innovation From the Factory Floor
Crédit photo : Yamaha Motor

Jantes SpinForged de Yamaha Motor : Innovation From the Factory Floor

Développées pour la toute nouvelle MT-09 2021, les jantes SpinForged de Yamaha sont produites par fluotournage, une méthode inédite et novatrice de réduction du poids.

Comment cette technique a-t-elle pu être utilisée pour la première fois au monde sur une moto de série ? Tout simplement grâce aux efforts du service recherche et développement Yamaha consacré aux matériaux.

Celui-ci a mis au point un alliage d’aluminium spécialement conçu pour le fluotournage. Dans ce numéro, nous souhaitons présenter cette spécialiste de l’aluminium chez Yamaha, expliquer son rôle central dans la création de ces nouvelles jantes légères, et évoquer une partie des challenges qu’elle a dû relever.

Mettre en avant le talent d’une spécialiste de la recherche sur l’aluminium

« Rien qu’en changeant quelques conditions, on peut complètement modifier les réactions de l’aluminium, ou pour ainsi dire sa « personnalité » », explique Kahori Oshima de la division Matériaux de Yamaha Motor. À sa façon de décrire le métal, on dirait qu’elle prend plaisir à vous présenter un ami ou une connaissance proche. « Il est parfois très sensible, ce qui ne nous laisse souvent aucune marge d’ajustement. » Malgré cette « personnalité », l’aluminium est un matériau essentiel pour la conception des motos, des moteurs hors-bord et de divers autres produits signés Yamaha.

Depuis son intégration au sein de Yamaha, Oshima-san occupe la fonction de chercheuse en matériaux, spécialisée dans l’aluminium. Son travail et ses découvertes lui ont valu les éloges et la confiance des divisions Développement et Fabrication de notre entreprise. Pour sa hiérarchie, « c’est une véritable alchimiste de l’aluminium, et Yamaha est très fier de son aptitude à préparer ces « cocktails » ».

De plus, même si « aluminium » est l’appellation générique du matériau, ce qu’on attend de lui peut varier considérablement en fonction du produit souhaité, de la destination de la pièce et de la méthode d’usinage requise. « Yamaha possède une vaste collection de « recettes » d’aluminium élaborées par nos prédécesseurs, et c’est l’une de nos forces », poursuit Kahori Oshima. « Notre philosophie, c’est que l’aluminium est un domaine de fabrication dans lequel nous ne devons jamais être surclassés. Selon moi, elle s’explique par le fait que Yamaha a longtemps géré de manière autonome toute la chaîne du coulage. Cette confiance et cette fierté sont nos moteurs. »

Travailler l’aluminium implique de contrôler avec soin la température du métal en fusion chauffé au rouge, d’ajouter notre mélange secret d’additifs, puis de traiter thermiquement la pièce pour lui donner sa finition. En tant que chercheuse, Oshima-san doit puiser dans ses connaissances scientifiques et appliquer de nouvelles idées pour trouver le bon équilibre entre rigidité et souplesse, et elle s’efforce d’obtenir les meilleures caractéristiques de résistance et de robustesse globales sans sacrifier l’esthétique.

Des innovations nées au cœur de l’usine

Les nouvelles jantes en aluminium de la dernière MT-09, usinées par fluotournage, constituent une manifestation remarquable des recherches d’Oshima.

En développant ce modèle, Yamaha s’est lancé dans un nouveau et ambitieux défi de réduction extrême du poids. L’idée de départ est que, s’il est d’une manière ou d’une autre possible d’accroître les propriétés basiques de l’aluminium, de nouvelles innovations émergeront depuis le cœur même de l’usine. Les départements Ingénierie et Fabrication se sont lancés dans le projet et ont réussi à créer un alliage d’aluminium particulier et un traitement thermique que même leurs prédécesseurs n’avaient pas imaginé. Cette combinaison a permis à l’entreprise de proposer les premières jantes de moto fluotournées produites en série. Baptisées « Yamaha SpinForged », ces jantes ne font que 2 mm d’épaisseur (contre 3,5 mm pour le modèle précédent) et sont plus légères de 0,7 kg, avant et arrière réunies. La réduction du poids est l’une des tâches les plus difficiles de l’industrie. Avec un tel succès, on peut authentiquement dire de ces jantes qu’elles sont innovantes.

« Notre plus grande difficulté, c’était de ne pas avoir de métriques à suivre. Sans ce support d’évaluation, impossible de savoir où fixer notre objectif. Il était donc particulièrement difficile de travailler en même temps au développement du matériau et à l’élaboration d’une méthode d’évaluation appropriée », révèle la chercheuse. Cependant, l’adversité et le travail acharné ont rendu cette réalisation encore plus gratifiante, et elle est extrêmement fière de ces jantes.

« Par exemple, en robustesse pure, l’aluminium ne peut pas rivaliser avec le fer. Mais d’un autre côté, l’aluminium présente des avantages tels que légèreté, résistance à la corrosion, haute usinabilité et esthétique. Même si notre Monozukuri évolue avec le temps, je suis certaine que l’aluminium restera un matériau de choix. Je suis convaincue que mon rôle en tant que chercheuse en matériaux est d’extraire et d’améliorer ce potentiel. »

Partagez sur :
Abonnez-vous à notre chaine Youtube, pour profiter de toutes nos vidéos …

Source : Communiqué Yamaha

A propos de l'auteur

La rédaction de Moto Algérie est composée d'une équipe de jeunes mordus de deux roues. Ils vous apporterons les nouveautés du monde de la moto, en nationale, et en internationale.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *